Producteur, réalisateur, scénariste,vidéaste, performeur.

Il a débuté sur la scène artistique de Toronto dans les années 80 avec des performances et vidéos affriolantes et politiquement engagées. Il fut l’un des premiers à intégrer la militance solidaire gauchiste (les syndicats, l’Amérique centrale) et les politiques queer à travers un médium artistique bouillonnant d’énergie caractérisé par l’invention formelle, les idées et le plaisir. Parmi les causes politiques pour lesquelles il milite on peut citer la censure, l’apartheid et le sida ainsi que des problématiques de nature spécifiquement queer telles le sexe public et la culture de ghettoïsation.

Sa compilation de six heures composée de 22 vidéos sur le sida en provenance des quatre coins du monde (Video Against AIDS, 1989, avec Bill Horrigan) fut l’élément déclencheur qui a amené la communauté artistique nord-américaine à s’impliquer dans la crise. Entre temps, l’anthologie queer Looks: Perspectives on Lesbian and Gay Film and Video (coédité avec Martha Gever et Pratibha Parmar, 1993) est venue raviver la culture internationale du film à l’apogée du Nouveau cinéma queer. Le style vidéo de Greyson – un amalgame de sorcellerie technologique, d’anachronisme kitsch, de pédagogie franche, de narration mélodramatique, d’observation urbaine, d’érotisme enivrant et de collage médiatique – l’accompagnera lors de sa transition vers le long métrage à la fin des années 1980 :  Urinal (1988). Sa vision et son style originaux ont perduré mais sont devenus plus accessibles avec la réalisation de The Making of Monsters (1990) – un film musical brechtien sur la masculinité et la violence homophobe qui fut censuré par des avocats américains en rogne.

En 1993, avec la comédie musicale sur le sida Zero Patience (1993), John Greyson s’est hissé au rang des canons du cinéma canadien des années 1990. Par la suite, il s’est concentré sur des projets moins personnels dont des adaptions cinématographiques réalisées pour Téléfilm Canada Lilies (Prix Génie du meilleur film canadien, 1996) ainsi que Law of Enclosures (2000). Il a par ailleurs intégré la faculté de production cinématographique de York en 2004.

(Biographie tirée du site Mediaqueer)

John Greyson est également membre de l’équipe du projet Archive/Counter-Archive: https://counterarchive.ca/case-studies/aids-activist-media-toronto-living-aids-second-decade

Il était notre invité lors de la séance consacrée à Zéro Patience ( juin 2017) , avec notamment Thomas Waugh.

error: Content is protected !!