BEAUTIFUL THING ( version restaurée)

Lundi 14 juin à 20h30 au cinéma Le Brady ( en avant première, avant la reprise nationale le 30/06/21)

Séance présentée par Anne Delabre

Réalisé par HETTIE MACDONALD ( 1996)

Avec LINDA HENRY, GLEN BERRY, SCOTT NEAL, Ben Daniels, John Savage

Durée : 1h31. – Genre : Comédie, Romance

Un été long et chaud dans le sud de Londres. Jamie est rejeté par ses camarades de classe, Ste se fait battre par son père, et Leah s’évade dans l’univers musical des Mamas and Papas. Sandra, la mère de Jamie, généreuse et enjouée, se démène, aussi bien sur le plan professionnel qu’affectif, tout en essayant d’être au plus près de son fils. Pour échapper à la violence des siens, Ste trouve de plus en plus souvent refuge chez Sandra où il partage la chambre de Jamie. De cette promiscuité naît une amitié, puis une ambiguïté. Une aventure nouvelle débute alors pour Jamie et Ste…

Pour réserver vos places.

‘THE WATERMELON WOMAN’

Dimanche 4 juillet 15h20 au cinéma MK2 Beaubourg

Et reprise le Mardi 6 juillet 22h00.

Dans le cadre de notre partenariat avec le Festival Chéries-Chéries

États-Unis. 1996. 90′. Fiction. VOSTF.
Réalisation et scénario : Cheryl Dunye.
Avec : Cheryl Dunye, Guenevere Turner, Valarie Walker, Sarah Schulman.

SYNOPSIS

Cheryl décide d’être réalisatrice et tient à ce que son premier film porte sur les femmes noires car leurs histoires ne sont jamais racontées. Elle commence à enquêter sur une actrice des années 30 jouant des rôles stéréotypés qui n’est jamais créditée au générique que comme The Watermelon Woman. Simultanément, elle travaille dans un vidéoclub avec son amie Tamara, elle aussi lesbienne. Lorsqu’une jeune femme blanche, Diana, prend un abonnement au magasin, une relation amoureuse commence.Œuvre emblématique du New Queer Cinema, The Watermelon Woman émerge comme l’œuvre qui cristallise l’effervescence d’une communauté de cinéastes noires et lesbiennes de la côte est. Mais c’est aussi l’apogée du « style Cheryl Dunye » qui se reconnaît à ses thèmes récurrents : questionnement du désir entre noires et blanches dans les couples lesbiens, tensions identitaires au sein de groupes noirs, et une forme bien spécifique de mise en scène d’elle-même. Sa façon de s’adresser à la caméra et de rejouer la réalisation du film produit un aller-retour enivrant entre fiction et documentaire. Ce va et vient prend une ampleur particulière lors de cette campagne contre l’invisibilité des lesbiennes noires dans l’histoire des images.

La séance du 4 juillet sera présentée et suivie d’un débat avec Anne Crémieux et Anne Delabre.

Pour aller plus loin

LOLA + BILIDIKID

Lundi 5 juillet 14h55 cinéma MK2 Beaubourg

Dans le cadre de notre partenariat avec le Festival Chéries-Chéris.

Allemagne. 1999. 91’. Fiction. VOSTF.
Réalisation, scénario : Kutluğ Ataman.
Avec : GandiMukli, Baki Davrak, Erdal Yildiz, Inge Keller.

SYNOPSIS

Murat, 17 ans vit à Berlin. Pas facile de se découvrir gay dans une famille d’origine turque qui considère l’homosexualité comme la pire des abominations. Il vit avec sa mère et Osman, son frère aîné, devenu chef de famille après la mort de son père. Mais Murat apprend un jour qu’Osman a chassé un troisième frère, gay lui-aussi. L’adolescent décide alors de partir à la recherche de celui qui se fait appeler Lola, vedette d’un spectacle travesti, et se plonge dans l’underground berlinois. Un univers hors norme où il se sent bien et qui lui permet de partir en quête de son identité sexuelle et culturelle.Véritable antidote aux préjugés raciaux et sexuels, le film de Kutluğ Atamana a remporté de nombreuses récompenses, notamment le prix spécial du jury au Festival de Berlin en 1999. À travers l’itinéraire du jeune Murat découvrant peu à peu son homosexualité, cette oeuvre rafraichissante explore la communauté turque de Berlin et ses maux : prostitution, violence urbaine et familiale… Outre l’irrésistible Murat, on s’attache aux divers personnages : Lola le travelo, Bili (son copain très macho, en référence à Billy the Kid) et Osman, le frère aîné de Lola et Murat.

La projection sera présentée puis suivie d’un débat avec Anne Delabre, journaliste, autrice et programmatrice du ciné-club Le 7e genre.

Pour aller plus loin.