ESCALIER C.

Un film de Jean-Charles Tacchella
Avec Robin Renucci, Jacques Bonnaffé, Jean-Pierre Bacri, Catherine Leprince, Catherine Frot.

Scénario Jean-Charles Tacchella
D’après le roman Escalier C d’Elvire Murail
Durée 102 mn
Production France (1985)

Paris 14ème, un immeuble parmi d’autres, Escalier  C. La vie quotidienne et les petits secrets des gens qui l’habitent. Parmi eux : Forster, critique d’art séducteur et cynique ; Claude, dessinateur de mode rêveur et blessé, homosexuel décomplexé ; Bruno, chômeur fauché et bougon ; Béatrice, humble dactylo, et Virgile, écrivain raté, qui s’aiment d’un amour rageur et font profiter tout l’immeuble de leurs disputes. Sans oublier Mme Bernhard, une vieille dame seule, si seule…

Dix ans après le succès international de Cousin, cousine (1975), Jean-Charles Tacchella se lance dans l’adaptation d’Escalier C, d’Elvire Murail, couronné du prix du Premier Roman en 1983. « Jean-Charles Tacchella, remarquable directeur d’acteurs, trace un tableau de la vie parisienne assez cruel, confronte les solitudes, les angoisses » (Le Monde – 8 juin 1985). Un film qui permit à une nouvelle génération de comédiens de se faire connaître du grand public, à commencer par Robin Renucci et Jacques Bonnaffé.

Nos invités : Jacques Bonnaffé et Robin Renucci, comédiens et metteurs en scène.

BOYS’ DON’T CRY

Un film de Kimberly Peirce
Avec Hilary Swank, Chloe Sevigny, Alison Folland
Scénario: Kimberly Peirce, Andy Bienen
Durée: 118 mn
Production: EU (1999)

Brandon Teena, jeune transgenre, quitte sa ville natale du Nebraska sous la menace, quand le frère de son ex-petite amie découvre qu’il est trans. Réinstallé dans la petite ville de Falls City, Brandon tombe amoureux de Lana et ils commencent à envisager un avenir commun. Mais quand ses amis, John et Tom, apprennent le secret de Brandon, c’est le drame. Centré sur un fait divers tragique survenu en 1993, ce premier long-métrage de Kimberly Peirce se révèle une chronique impitoyable de l’Amérique profonde. « Revenir sur ce film, inscrit dans l’histoire des représentations cinématographiques des personnes trans comme une oeuvre pionnière, est à la fois l’occasion de mesurer le chemin parcouru depuis et celui qu’il reste à parcourir. » (Bérénice Hamidi)

Notre invitée : Bérénice Hamidi, professeure en esthétiques et politiques des arts vivants à l’université Lyon 2 et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Ses recherches croisent sociologie, esthétique et études culturelles dans une perspective intersectionnelle. Elle s’intéresse aux enjeux politiques des représentations culturelles (théâtre, cinéma, séries, romans).