LE DOSSIER 51

Lundi 16 mai 2022 à 20h30 au cinéma Le Brady.(Pour réserver)

© 1978 Éléfilm – Les Productions Traversière • Michel Deville

Un film de Michel Deville.

Scénario: Michel Deville et Gilles Perrault, d’après le roman Le Dossier 51, de Gilles Perrault.

Avec François Marthouret, Roger Planchon, Patrick Chesnais, Daniel Mesguich

Durée: 108 min.

Production: France ( 1978)

Dominique Auphal, diplomate nommé dans un organisme international, est mis sous surveillance par les services secrets, qui désirent trouver une faille dans sa vie apparemment irréprochable, afin de le faire chanter. Sa vie privée est espionnée, analysée, commentée. Dossier 51 est le film éponyme du roman de Gilles Perrault, publié en 1969 et qu’il juge inadaptable au cinéma. Pendant des années, il refuse les propositions de plusieurs cinéastes (Clouzot, Melville, Deray…). Mais Michel Deville finit par relever le défi et décroche le César du meilleur scénario en 1979.
Dispositif de caméra subjective, intrigue au cordeau… cette œuvre se révèle aussi dérangeante que passionnante. « Il y a du Kafka dans ce Dossier 51 et un grand cri de Michel Deville pour le respect de la liberté individuelle. » (Jacques Siclier – Le Monde – 01/09/1978)

Nos invités: Rosalinde Deville, productrice, scénariste ( La lectrice...), François Marthouret, comédien, metteur en scène, réalisateur.

 © Michel Deville.

Dossier sur le film dans le magazine L’ Avant-scène cinéma, 1978.

Entretien avec Rosalinde Deville, Filmo TV (2014)


POURQUOI PAS!

Lundi 28 mars 2022 à 20h30 au cinéma Le Brady.

Un film de : Coline Serreau

Scénario: Coline Serreau
Avec Sami Frey, Mario Gonzales, Christine Murillo, Michel Aumont, Nicole Jamet, Bernard Crombey.
Durée: 93 mn
Production: France (1977)

Alexa, Fernand et Louis habitent ensemble dans un pavillon de la région parisienne. Fernand s’occupe de la maison, Louis joue et compose de la musique, Alexa gagne l’argent de ce ménage à trois qui vit dans le bonheur de la tolérance. Louis et Alexa consolent Fernand qui souffre d’être séparé de ses enfants, Louis s’est dégagé de sa relation névrotique à sa mère grâce à ses amis, et Alexa a surmonté, avec Fernand et Louis, la déception de son précédent mariage. Mais Fernand rencontre un jour la belle Sylvie, et ce complexe équilibre est soudain menacé… Des personnages qui vivent en liberté, sans se soucier de ce que pensent les autres.
Une histoire d’amour atypique avec ses désirs pluriels et ses ambivalences, sans leçon de morale ni militantisme affiché, qui baigne dans une utopie libertaire.

Nos invité-e-s : Coline Serreau, réalisatrice, scénariste, comédienne et metteuse en scène, Christine Murillo, comédienne et metteuse en scène de théâtre, Bernard Crombey, comédien et auteur dramatique, Nicole Jamet, actrice et scénariste, Mario Gonzales, comédien et metteur en scène.

© Dimage SND, Le Chat qui fume.

Christine Murillo, Mario Gonzales, Coline Serreau et Anne Delabre lors du débat après la projection.

PARTENARIAT AVEC LA CINEMATHEQUE FRANCAISE.

Vendredi 25 mars à 20h45 à la Cinémathèque française.

LE SPORT FAVORI DE L’HOMME (Man’s favorite sport)

De Howard Hawks/ Etats-Unis/1964/ VOSTF/127MM .

Avec Rock Hudson, Paula Prentiss, Maria Parschy.

Un vendeur d’articles de pêche, prétendu expert en la matière, est inscrit par son patron à un grand concours. Mais n’a jamais pêché de sa vie.

D’après la nouvelle The Girl Who Almost Got Away de Pat Franck.

La séance fut présentée et suivie d’un débat avec Frédéric Mercier (critique de cinéma, membre des rédactions des revues Transfuge et Positif), animée Anne Delabre, animatrice du cinéclub le7e genre.

Pour aller plus loin:

Article critique du film par Fréderic Mercier ( 2006).


MISS MONA.

Lundi 21 février 2022 à 20H au cinéma Le Brady.

miss-mona-affiche-7-e-genre

Un film de : Mehdi Charef

Avec  Jean Carmet, Ben Smail, Albert Klein, Albert Delpy

Scénario : Mehdi Charef

Durée 98 mn

Production : France (1987)

Les boulots précaires, la faim, le froid et la peur de la police sont le lot quotidien de Samir, immigré clandestin. Le rêve de Mona, vieux travesti en décrépitude, est l’opération qui lui permettra de mourir en femme. Mais cela nécessite une opération chirurgicale coûteuse. Samir et Mona vont se rencontrer et conclure un marché… Pour le réalisateur Mehdi Charef, « Mona et Samir sont deux êtres qui sont exclus du monde parce qu’ils ne pensent pas comme nous. Ils sont exclus parce que les gens pensent qu’ils ne peuvent pas leur apporter quelque chose. Leur rêve est différent des nôtres ». Révélé par son premier film en 1984, Le Thé au Harem d’Archimède, il s’attaque avec Miss Mona à un sujet pour le moins délicat, qui aurait pu donner lieu à un film sordide et scabreux. Il en fait une œuvre poignante et engagée.

Notre invité : Mehdi Charef, cinéaste et écrivain.

Mehdi Charef et Jean Carmet (Mona).

Image 1 parmi 17

Tournage de Miss Mona- Novembre 1985 © Jacques Prayer/ Gamma. Coll. privée de Mehdi Charef.


Qui est Mehdi Charef?

Né en Algérie en 1952, il est arrivé en France à l’âge de dix ans et a passé une partie de son enfance et adolescence dans le bidonville de Nanterre. Fils d’un terrassier, il travaille en usine de 1970 à 1983.

Auteur du premier roman d’un écrivain d’origine algérienne, avec Le Thé au harem d’Archi Ahmed publié en 1983. Deux ans plus tard, sous l’impulsion de Costa-Gavras, il écrit le scénario et réalise la version cinématographique de son roman sous le titre  Le Thé au harem d’Archimède. Le film remporte de nombreux prix. En 1987 sort son deuxième long métrage, Miss Mona qui valut notamment à Jean Carmet d’être sélectionné pour le César de meilleur acteur pour son rôle de travesti, aspirant a réunir suffisamment d’argent pour se faire opérer et devenir femme. Parmi ses films ultérieurs, on compte notamment Camomille (1987),  Au pays des Juliets (1991), Marie-Line ( 1999) Cartouches gauloises (2007) ou encore Graziella ( 2015).

En 2005, il signe une première pièce de théâtre sur la fin de la guerre d’Algérie :  1962 – Le dernier voyage.

Il est l’auteur de plusieurs romans parmi lesquels, aux éditions du Mercure de France, La Maison d’Alexina (1999) et A bras le cœur ( 2006). Aux éditions Hors d’atteinte, il a publié Rue des Pâquerettes ( 2019), Vivants (2020). Son dernier roman, La Cité de mon père est sorti en août 2021.


D’OU VIENT CET AIR LOINTAIN. Chronique d’une vie en cinéma. de Yannick Bellon

Mardi 25 janvier 2022 à 18h30 au Forum des Images.

Séance en partenariat avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

Crédit photo-collection privée Eric Le Roy.

Documentaire l France l vf l 2018
90 min l Couleur l Cinéma Numérique 2K

Dans son dernier film, Yannick Bellon raconte son enfance, son initiation culturelle auprès des ami·es de sa mère, la photographe Denise Bellon, sa propre carrière et les soubresauts de l’histoire auxquels elle a assisté. ( voir la note d’intention ici)

La séance fut présentée par Eric Le Roy (chef du service accès, valorisation, enrichissement des collections à la direction du patrimoine cinématographique du CNC) et suivie d’un débat.

Bande annonce D’où vient cet air lointain. Le parcours de la cinéaste racontée par elle même.
© Doriane Films

JULIA

Lundi 6 décembre 2021 à 20h30 au cinéma Le Brady

Julia affiche film

Réalisation : Fred Zinnemann

Scénario : Alvie Sergent (d’après l’œuvre de Lillian Hellman)

Avec : Jane Fonda, Vanesse Redgrave, Meryl Streep, Jason Robards

Durée : 2h07

Production : EU (1977)

Basé sur les Mémoires de la dramaturge américaine Lillian Hellman, Julia retrace sa relation avec son amie d’enfance, des années 1910 aux années 1940. Partie étudier la médecine en Europe, Julia intègre un mouvement clandestin antinazi. Pendant ce temps, aux États-Unis, Lilly, compagne de l’écrivain Dashiell Hammett, écrit sa première pièce de théâtre, The Childen’s Hour (La Rumeur). Julia disparaît mystérieusement en 1934. Malgré les dangers de l’Europe en guerre, Lili y effectue plusieurs voyages pour retrouver son amie. « L’axe principal du récit demeure la profonde amitié qui unit Lillian et Julia. Une amitié ambiguë que l’on qualifierait même d’amour véritable tant par les regards, les échanges tactiles et les quelques paroles prononcées, notamment lorsque Lillian déclare son amour pour Julia, fait plus explicite dans le livre. » (Séquences, La Revue de Cinéma, n° 221, sept-oct 2002),

Notre invité : Gérald Duchaussoy, responsable de la section ‘Cannes Classics’ au Festival de Cannes, chargé de programmation au ‘Marché International du Film Classique’ (MIFC) du Festival Lumière.

Pentimento – a book of Portaits est le second tome paru en 1973, de la trilogie en trois volumes des mémoires de Lilian Hellman sur lequel est basé le film Julia. Il a été édité en langue française en 1979 grâce aux éditions canadiennes Stanké sous le titre Pentimento-Julia. Les trois volumes de ce récit autobiographique constituent un précieux témoignage sur la vie littéraire et mondaine des années 1930 aux Etats-Unis.


NIGHTHAWKS

Lundi 18 octobre 2021 à 20h30 au cinéma Le Brady.

Réalisation : Ron Peck

Scénario : Ron Peck, Paul Hallam

Avec : Ken Robertson, Tony Westrope, Clive Peters, Rachel Nicholas James

Durée : 1h53

Production : GB (1978) – Sous titrage français Anne Crémieux.

Dans le Londres de la fin des années 70, Ron Peck défie le silence imposé à l’homosexualité à travers le portrait réaliste de Jim, un professeur de géographie dans un lycée dont les fréquentes rencontres d’« oiseaux de nuit » n’assouvissent pas le désir amoureux. Loin des clichés, ce film inédit en France – qui mêle acteurs et non-professionnels –  est le premier à capturer l’ambiance des bars et discothèques gays avant l’ère Thatcher, alors que le sida n’est pas encore une menace et que la liberté va croissante. Découvert par ses élèves, Jim revendiquera son homosexualité au grand jour. Passé trop inaperçu à l’époque, Nighthawks évoque l’homosexualité comme une évidence face à l’homophobie, omniprésente, cause et non conséquence de la marginalisation.

Séance suivie d’une interview préenregistrée du réalisateur Ron Peck réalisée par Anne Delabre et Anne Crémieux et d’un débat avec la salle.

Pour aller plus loin:

Interview de Paul Hallam, co-auteur du film, à l’occasion du 30ème anniversaire du film.

Synospsis de Nighthawks

LAN YU – Histoires d’hommes à Pékin

Lundi 27 septembre 2021 à 20h30 au cinéma Le Brady.

Réalisation:  Stanley Kwan

Scénario: Jimmy Ngai

Avec: Liu Ye, Hu Jun, Su Jin

Durée : 86 mn

Production: Hong-Kong (2001).

Tourné à Pékin sans autorisation officielle, avec pour toile de fond les événements de Tian’anmen en 1989, Lan Yu s’inspire d’un roman publié sur internet par un auteur anonyme. Cette histoire d’amour entre un étudiant en architecture et un homme d’affaires se montre subversive tant par son histoire que par le contexte historique. Quatre ans avant ce film, Stanley Kwan – un des grands réalisateurs de la Troisième Vague du cinéma de Hong Kong – avait réalisé un documentaire, Yang+Yin : Genders in Chinese cinema, une histoire personnelle du cinéma chinois vue sous l’angle de la ‘confusion des genres et des sexes’, qui marquait un tournant dans sa carrière : il y affirmait, entre autres, son homosexualité.

L’adaptation cinématographique, qui diffère beaucoup du roman, a remporté plusieurs prix à Taiwan et Hongkong. Il a par ailleurs été projeté au premier festival du film LGBTQ en Chine en 2001.

Notre invitée : Brigitte Duzan, traductrice du chinois et chercheuse indépendante en littérature et cinéma chinois. Fondatrice et animatrice de deux sites web de référence :  chinesemovies.com.fr sur le cinéma chinois et chinese-shortstories.com/ sur la littérature chinoise.

Article de notre invitée sur le film ici